Compte-rendu de la sortie de Dédé VAYSON le 26 février
 
 
On devait aller à la mer, mais vu le temps, un mistral qui arrache tout, nous décidons d'aller vers les BARONNIES. Départ 10 h avec 5 motos: PATRICK et LAURENCE VIOLET ainsi que leurs enfants, RENAUD et DOMINIQUE, papy GOSSET et moi. Avant de partir PATRICK appelle des amis qui habitent à CORNILLON pour le restaurant de midi. Rendez-vous à 12 h 30. On part, le PATY, VEAUX, MOLLANS, MIRABEL, LES PILLES, LES GORGES DE TRENTE PAS. Par là haut le vent souffle moins . Ensuite, PATRICK qui connait cette région comme le fond de sa poche, prend la tête de la balade. On s'arrête un peu car DO a mal au cul (pardon a le fessier endolori); c'est normal c'est la reprise! Puis on passe à LALOUSE,  BOUVIERES, col de LESCAU 829 m et là il ne faisait pas chaud car la route était entourée de neige. CUMIANE,  ARNAYON; très joli paysage et enfin CORNILLON. YVES fait remarquer que l'on a 2 mn d'avance sur l'horaire: il était 12 h 28. Bon petit restau. On a été reçu comme des princes. Bien mangé et bien discuté sur la saison à venir et le calendrier des sorties. Puis vers 15 h 30, retour par REMUZAT,  NYONS, VAISON. On s'est arrêté boire un coup à MALAUCENE et on est rentré. A 17 h on était à MAZAN.
Malgré le temps un peu frais on s'est régalé.
Petite reprise avec 170 km mais ce n’était que de la montagne.
 
A bientôt
 
DEDE..
 
Sortie du 15 avril: Plaisians
 
Malgré un temps gris est frais nous nous retrouvons 13 motos, 23 personnes pour cette première sortie du calendrier 2012
Déjà un petit changement d'itinéraire à cause du rallye de Venasque et nous partons donc en direction de Villes sur Auzon pour prendre les gorges de la Nesque puis Sault, Aurel, Montbrun les Bains où nous faisons une halte pour boire une boisson chaude afin de nous réchauffer, avec un petit rayon de soleil en plus à l'extérieur du bar .
Nous repartons par les gorges d'Aulan pour continuer vers Saint Auban sur Ouvèze, Buis les Barronnies puis Plaisians où nous retrouvons les moins courageux qui sont venus en voiture pour manger au restaurant avec nous, ce qui fait maintenant 30 personnes
Après un bon repas apprécié par tout le monde, suivi d'un digestif offert par papi Gosset nous reprenons la route du retour en direction du col de Fantobe, Brantes, Saint Leger du Ventoux où nous prenons une petite route qui nous mène à un ancien petit pont en pierre qui enjambe le Toulourenc est que nous empruntons pour rejoindre la grande route de la vallée du Toulourenc en direction du Pas du Ventoux pour continuer par Veaux puis Malaucène où nous faisons une petite halte.
Il n' est que 16 h 30 et je demande si tout le monde est d'accord pour allonger la ballade par Suzette... mais certains préfèrent rentrer direct et nous nous retrouvons 4 motos pour poursuivre par Suzette, Lafare, la Roque Alric, Le Barroux où nous nous séparons chacun de son côté pour rentrer chez soi après une petite sortie de 155 km.
 
Renaud
 
Sortie du 8 mai: Organisée par CHRISTINE et DEDE VAYSON
 
 

Départ 9h ,6 motos au rendez-vous, le temps est couvert ; il y a un nouveau DIDIER. On retrouve les autres, 5 motos, à la cave de BEAUMES.

CAIRANNE, VISAN, RICHERENCE, CHAMARET, GRIGNAN (des coins où l'on ne va pas souvent) et à 10h on s'arrête boire le café à TAULIGNAN.

Ensuite on file vers BECONNE, MONJOUX, LE MOULIN-VALOUSE CONDORCET, CURNIER (nous sommes au centre des BARRONNIES), SAINTE-JALLE. Puis nous grimpons le col DE BUIS, COL DE FONTAUBE, et arrivons à SAVOILLANS, lieu de rassemblement de toutes les sections du moto-club. Nous mangeons dans une magnifique salle toute en pierre, une succulente paëlla. Vers 15.h 30 en débarrassant les tables on découvre que la pluie s'est invitée (normal il y a VIOLET avec nous). On redémarre par MONTBRUN, FERRASSIERE, SAINT-CHRISTOL, SAULT LA GABELLE. Ici il commence à bien pleuvoir. DENIS et BOYER, eux qui nous ont rejoints à midi doivent regretter de ne pas être restés en bas. VILLES SUR AUZON, BLAUVAC, MALEMORT, et enfin MAZAN. On s'arrête boire le pot de l'amitié chez les VAYSON. Puis vers 18h tout le monde rentre. Bonne petite balade de 230km.

On a passe une bonne journée même si la pluie a gâché la fin de la sortie.

La famille JAUFFRET m'a affirmé s'être régalée du parcours et c'est là l'essentiel

Amitié les VAYSON.



 

13 mai concentration Avignon

 Nous somme 8 motos ,14 personnes au départ de Mazan pour aller à la concentration d'Avignon.

A 8 h 50 nous prenons la route et arrivés au pont Daladier en prenant la route de la concentration nous tombons sur une déviation, qui nous fait un peu chercher notre chemin pour arriver au lieu de rassemblement,  le camping de l'île des papes, ceux qui nous fait perdre un peu de temps. Enfin nous arrivons juste au moment du départ du 1er groupe de la balade, avec sûrement un peu de retard sur l'heure du rendez vous avec les Imbert et Gérard Galliani vue leur accueil. Après les inscriptions nous prenons un café avant de prendre le 2eme départ de la balade qui nous dirige vers Saint Laurent des Arbres puis nous continuons sur des petites routes en traversant quelques villages.  Nous sentons bien quelques hésitations de direction de la part de notre meneur de balade avec un petit demi tour  mais enfin nous arrivons à La Roque sur Cèze où ce trouve les cascade du Sautadet. Nous y  faisons une halte pour admirer le site est prendre quelques photos.


Le rassemblement est donné pour prendre la route du retour ver le camping avec un très bon encadrement, des organisateurs pour nous indiquer la bonne direction aux nombreux ronds points.

Nous voilà arrivés. Le club d'Avignon prend une photo de groupe avant de nous servir l'apéro suivi d'un bon repas et clôturé par la remise des prix.

Au classement nous sommes 4 ème : nous avons été le club le plus représenté (20 personnes ) mais il nous a manqué les kilomètres pour être mieux classé Nous sommes quand même reparti avec une coupe

Sur le chemin du retour nous passons par la maison pour boire un coup avant de nous séparer après une agréable journée

 

Renaud Dominique

Sortie du 17, 18, 19 et 20 Mai dans le Tarn, organisée par Yves et Annette CHAUMARD.

Jeudi 17

 Comme prévu voilà les 8 motards sur 5 motos, prêts pour le départ en cette matinée du jeudi de l’Ascension.

 Elle a bien failli être annulée cette sortie là aussi, car à en croire la météo il allait tomber un déluge.

 Aussi après maintes concertations, de vives voix, par mails et par téléphone, on décide de partir quitte à rentrer un jour plus tôt si vraiment la météo est trop exécrable.

 Une voiture avec 2 occupants est de la partie et 2 couples en profitent pour se délester de leurs sacs

 Dès le départ, le circuit est un peu changé et c’est par de petites routes bien sympathiques que nous allons rejoindre l’autoroute à Nîmes au lieu de Remoulins. Le ciel n’est pas menaçant et tout va pour le mieux. A Béziers, terminal de l’autoroute pour notre trajet, Papy Gosset introduit un billet de 5 € puisque la somme à payer était de 4 € et la machine lui rend 6 €. Elle est pas belle la vie !!!

 Vers 13h nous pique niquons en bordure de route face au petit village de Roquebrune qui nous offre une vue magnifique. Pascale et François nous y attendaient déjà. Ce dernier nous mitraille à la sortie du virage. Nous n’avons pas l’habitude d’être assistés par un reporter photographe. C’est le grand standing ! Et voilà que Christine recouvre la table d’une superbe nappe bleue, à la grande stupéfaction de tous. Je me répète mais c’est vraiment le grand standing !

 Dans l’après midi nous visitons le joli village d’Olargue classé parmi les plus beaux villages de France. Et c’est vrai qu’il est très joli avec ses petites ruelles escarpées, ses jolies façades en pierre, et ses jardinets fleuris. Il est accroché à une butte rocheuse avec au sommet, l’ancien donjon du château médiéval. Nous terminons la visite par le Pont du Diable datant du XIIème siècle et qui enjambe la rivière Jaur. Pendant ce temps, Papy Yves est resté près des motos et en a profité pour fumer sa cigarette.

 Un peu plus tard nouvel arrêt pour boire un café. Nous n’avons pas encore terminé qu’un groupe de motards arrive et lorsque nous partons, je continue de bavarder avec eux à travers la fenêtre de la véranda ouverte tout en m’habillant et voilà que je mets mon casque à l’envers ! Oh la honte !!! Evidemment c’est l’hilarité générale…pour peu j’en rougirais !

 L’après midi se termine lorsqu’à 30 km de l’arrivée environ, un orage éclate, alors que nous sommes en pleine forêt. Le temps de nous habiller et nous sommes déjà « un peu humides ».

 Nous nous rendons ensuite directement au gîte. De l’avis de tous, il est magnifique. Les propriétaires sont absents et nous étions d’accord avec eux pour nous faire nous-mêmes le petit déjeuner dès lors qu’ils nous laissaient tout le nécessaire. François vient nous chercher en voiture ainsi que notre ami Gérard (chez qui logent François et Pascale). Gérard va d’ailleurs nous mettre à disposition son 4x4 jusqu’à la fin de notre séjour afin que le soir nous puissions nous rendre au resto sans avoir à reprendre les motos. Mais ce soir là, c’est chez Gérard et Anita que nous mangeons. Leurs amis nous ont concoctés un cassoulet comme nous n’avons pas souvent le plaisir de manger ; tout simplement succulent…avec des cuisses de canards confites, un vrai délice. La soirée se termine sur quelques blagues et quelques chansons paillardes que ne pourraient pas entendre des oreilles chastes !

 

 Ce n’est pas très tard, mais il se fait temps d’aller dormir, d’ailleurs Papy Yves somnole déjà un peu !

 Il est le doyen du groupe et se comporte comme un jeune, alors après 360km et un bon cassoulet dans l’estomac rien d’étonnant qu’il ait « une attaque de paupières »…Il est pardonné.

 

Vendredi 18

 Dès 6h1/2 du matin, une pluie battante accompagnée de grêlons réveille la plupart d’entre nous.

Le moral n’est pas vraiment au beau fixe surtout en ce qui me concerne, mais la bonne ambiance ne baisse pas d’un ton donc nous envisageons déjà de le prendre un peu cool et puisque nous avons des voitures à disposition, il y aura toujours le moyen de s’occuper car ce coin du Tarn ne manque pas de charme. Quand on évoque ce département, on voit tout de suite « Les gorges du Tarn ». C’est vrai qu’elles sont belles, mais chers amis, sachez que ce département est prêt à vous révéler bien d’autres sites tous aussi beaux et intéressants, mais peut-être malheureusement moins connus.

La pluie cesse pour laisser place à une bruine, cousine du brouillard, qui mouille aussi mais qui ne nous empêchera pas de rouler. Cependant le ciel reste bien obstrué et nous inter changeons les circuits. En effet sur le circuit prévu pour le samedi il y a la possibilité de visiter la Grotte de Limousis et le Gouffre de Cabrespine qui ne sont pas très éloignés et s’il pleut c’est une bonne alternative pour s’occuper.

Nous partons donc vers 10h sur des petites routes serpentant au milieu d’un paysage de verdure à faire pâlir d’envie nos gazons provençaux. La pluie du matin et la bruine toujours présente obligent bien entendu nos conducteurs à être vigilants mais c’est tellement beau que de toute façon nous n’avons pas forcément envie de rouler vite et essayons d’emmagasiner toutes ces images au maximum.

A 11h25 nous sommes devant la grotte de Limousis et la visite guidée part à 11h30. Pas d’attente, c’est parfait ! Papy Gosset surveille encore les motos tandis qu’il fume sa cigarette car il est claustro et ne souhaite pas faire partie du groupe pour visiter. Comme le temps est toujours incertain de nombreux touristes ont choisi, comme nous, l’option visite à l’abri, et nous nous retrouvons au moins 80 personnes peut-être plus. Cette grotte est bien différente de celles que nous avons l’habitude de visiter, toute en longueur (600m), elle est magnifique. La guide très sympathique, a une voix qui « porte » et c’est avec un réel plaisir que nous y passons 1h30 environ à admirer et écouter l’histoire et les explications très intéressantes qui nous sont fournies. Lorsque nous sortons, nous avons la surprise de voir nos 4 amis fidèles (Anita, Gérard, Pascale et François) qui nous attentent, autour de quelques tables rassemblées pour notre pique nique, bien à l’abri, au chaud, dans le bar servant aussi de guichet et de boutique souvenirs. Nous devions nous retrouver pour pique niquer mais où ?, telle était la question car tout était plutôt bien humide ! Et bien ils ont eu la riche idée de demander l’autorisation de s’installer à l’intérieur, comme chez nous, et on leur a accordé ; c’est fabuleux ! apéro, vin et café sur place, on ne pouvait espérer mieux!

Le ciel est maintenant plus clair et nous repartons un peu plus confiants pour terminer cette journée. Tout d’abord arrêt au barrage de Cammaze déclaré d'utilité publique et mis en eau entre 1953 et 1958. Haut de 70 mètres, ce barrage voûte crée une retenue d'une capacité de 18,8 millions m3 couvrant 90 hectares et permet d'alimenter les populations en eau potable, de fournir de l'eau d'irrigation aux agriculteurs, et d'amortir les crues en hiver. Il a été construit par Pierre Paul Riquet, constructeur du canal du Midi. Ensuite petite halte à Revel pour y admirer les magnifiques halles sous lesquelles se déroule le marché. Immenses, elles datent du XIVème siècle et sont soutenues par une forêt de piliers et de poutres, et surmontées d'un magnifique beffroi, jadis tour de guet dans lequel, au 1er étage il y avait la salle des Consuls et la prison (que l’on peut toujours visiter aujourd’hui). La journée se termine finalement sans pluie, par la visite de la célèbre Abbaye école de Sorèze fondée en 754 qui deviendra tour à tour un séminaire une Ecole Royale Militaire sous Louis XVI puis sous la direction du Père Lacordaire, un collège de renommée internationale. Militaires, écrivains, philosophes et politiques y ont été formés jusqu’à sa fermeture en 1991. C’est un bâtiment, majestueux, et impressionnant. Dans les couloirs de nombreux tableaux sont accrochés avec les noms de tous les anciens élèves. Au fil des années, ils sont venus du monde entier : le Brésil, le Gabon, la Russie, le Katar, le Danemark, etc…mais aussi de France évidemment et même de Cavaillon. Parmi les derniers élèves, nos amis nous ont dit qu’ils avaient lus les noms de Julien Lepers ainsi que celui de Hugues Auffray et d’autres encore tous aussi connus mais il y en a tant et tant que nous ne les avons pas trouvés. Actuellement dans une partie du bâtiment il y a une école hôtelière.

Arrivés au gîte, gros problème (et pas des moindres) chez la famille Vayson qui loge dans un appartement indépendant. En effet les WC et le bac à douche sont devenus des vases communicants !!! Pas très pratique, ni esthétique, ni hygiénique…La fille des propriétaires du gîte habite juste en face aussi nous faisons appel à son mari qui arrive aussitôt et se charge de la réparation tandis que nous nous attablons pour l’apéro car ce soir c’est nous qui recevons et donc nos 4 compères (non motards) viennent nous rejoindre. La soirée se termine au resto à Labruguière où nous mangeons « comme 4 ». Nous venons de comprendre que ce n’est pas pendant ce séjour que nous perdrons du poids !!! hélas pour nos bourrelets, mais tant mieux pour nos papilles !!!

Le restaurateur et sa femme sont d’une gentillesse et d’une simplicité incroyable. Je ne sais pas si tous les Tarnais et les Tarnaises sont aussi sympathiques mais pour l’instant ceux que nous connaissons sont extraordinaires.

En partant, nous regardons la météo annoncée sur le journal pour le lendemain et Yves Gosset en voyant la date du journal pense soudain que c’est l’anniversaire de sa femme. Vite un texto il est encore temps ! ouf…sauvé, de justesse, presque sur le gong !

François est encore de corvée pour nous remonter au gîte car le 4x4 ne suffit pas bien entendu.

Il finira par connaitre le chemin comme le fond de sa poche et pourtant c’est vraiment perdu au fin fond de la campagne car déjà Escoussens ce n’est pas la capitale et en plus, le gîte est situé dans la « banlieue », et c’est peu dire.

 Aujourd’hui nous avons fait 160 km. Petite journée qui nous a reposés un peu de celle d’hier ; nous ferons mieux demain.

 

Samedi 19

 Aujourd’hui c’est la Saint Yves. Nous sommes gâtés puisque nous en avons 2.

Dès le matin, un vent à décorner les bœufs souffle et emporte tout.

Les volets claquent ; le banc est renversé ; le hamac est en vrac. On ne sait pas d’où il arrive car le gîte semble bien abrité par la montagne et par le hameau, mais il passe pourtant !

Tout le monde a bien dormi sauf « Mamour ». Soudain plus d’électricité. Il est fort possible que le grille pain, qui semble avoir fait son temps, soit le coupable, mais dans tous les cas nous voilà dans l’impossibilité de faire chauffer le lait, de l’eau pour le thé ou de faire le café. Et nous devons à nouveau faire appel à la fille des  propriétaires que je réveille, sans aucun doute. Son mari, très gentil  arrive dans le quart d’heure suivant et à nouveau effectue la réparation. Heureusement qu’il est là et surtout qu’il est débrouillard !

Après un frugal petit déjeuner, comme tous les matins, nous voilà partis pour faire un circuit sur les routes du Sidobre. Par endroits la route est jonchée de feuillages et de petits bouts de branches tant le vent souffle comme un enragé. Dans Castres nous tournicotons un peu avant de retrouver la bonne direction, tant et si bien que Dédé qui n’a plus pensé qu’on avait interverti les circuits et a donc gardé celui de la veille pense être dans Mazamet.et ne comprend plus rien au road book…zéro pointé si interrogation écrite !!! Enfin nous voilà sur la fameuse route qui va nous conduire sur le circuit touristique du plateau du Sidobre. De nombreuses marbreries exposent des plaques de granit en bordure de route. Il s’agit principalement de granit gris-noir dans des tons plus ou moins clair mais peu d’autres couleur si ce n’est du rouge marbré de blanc dans la région de ND du Cros.

Le Sidobre fait partie du Parc naturel régional du Haut Languedoc, c'est un bloc de granit qui mesure 10 km de large, 10 de long et 10 de profondeur et dont seulement 650m dépassent. C’est un site unique en Europe Il s'est constitué à partir de roches en fusion à 250 km sous terre sous une énorme montagne qui s'est lentement érodée laissant petit à petit apparaître cette masse énorme. L'eau qui s'est infiltrée depuis la fin de l'ère primaire a sculpté des formes bizarres aux équilibres parfois impressionnants comme cette pierre de presque 800 tonnes reposant sur un socle de 1m2 (le rocher de Peyro Clabado = le rocher de la pierre clouée) Au cours de notre promenade, on y trouvera d'autres formes qui portent des noms évocateurs tel que «  le roc de l'oie » ou « les trois fromages ». Les routes sont sinueuses à souhait. Elles sont si ombragées qu’on a l’impression parfois de passer dans un tunnel de feuillage et on ne voit même plus le ciel. C’est très agréable et surprenant. Arrivés au cœur du massif du Sidobre, nous laissons les motos et allons à pied à la rencontre de ces curieux blocs de granit. « La Peyro Clabado » est certainement de loin, celui qui laisse la plus forte impression. Une nouvelle fois nos 4 amis arrivent en voiture et c’est tous ensemble que nous allons marcher dans cette montagne boisée. Ici pas de vent et ce n’est que du bonheur pour les yeux.

Sauf Papy Gosset qui une fois de plus se propose de garder les motos et en profite pour fumer une cigarette, cigarettes qu’il roule amoureusement chaque matin après son petit déjeuner. Pierre nous offre  un petit éclat de granit en souvenir. Nous pique niquons sur une aire magnifique avec des tables de longueurs différentes et bien entendu nous choisissons la plus longue puisque nous sommes quand même 12 personnes. Ce n’est peut-être pas la plus abritée et au cours du repas, on ne compte plus les assiettes qui s’envolent et les verres qui se renversent. Au menu de midi, chaque jour ce sont nos 4 amis dévoués qui font les courses pour tout le monde et nous avons toutes sortes de charcuteries, et spécialités de la région dont on ignorait l’existence jusqu’à ce jour :

meslsat (boudin à l’œuf et au pain), boudin noir (sans épinard), des bougnettes, du fricandeau, de la saucisse de foie etc, etc.

A la fin du repas nous sommes interviewés par un Monsieur (apparemment motard lui aussi) et nous remplissons à la cantonade un questionnaire de 4 pages sur tout ce qui concerne le tourisme dans la région, aussi bien au point de vue logements, sites à visiter, moyens de locomotion employés, accueil, signalisation sur les routes, propreté, budget vacances et j’en passe…Il n’est pas déçu d’être venu nous voir car il a vite fait de comprendre qu’il a à faire à une bande de joyeux lurons. On lui offre un café et nous voilà repartis chacun de son côté. Les 4 en voiture vont visiter un musée de vieux tracteurs et auraient bien aimé que nous allions avec eux mais comme nous n’avons pas beaucoup fait de km la veille et beaucoup visité, aujourd’hui, on préfère rouler un peu plus. Nous nous retrouvons ainsi au sommet du Montalet, dans le brouillard et un froid glacial ; il fait environ 9°ou10.

Dans le Tarn, la ville de Lacaune, comme Rome, est entourée de sept monts ou collines. Le Montalet  (1259 m) est (je crois) le plus élevé de ces sommets.

 Depuis 3 jours que nous tournons dans cette région, nous n’avons pas vu beaucoup de monde, ni sur la route, ni dans les cours des maisons et encore moins dans les champs ; parfois une cheminée qui fume nous rappelle que ce n’est pas encore l’été !

Nous arrivons finalement à Mazamet et tandis que nous cherchons un bar, Papy Gosset va retirer de l’argent à un distributeur. Il revient tout souriant et nous raconte qu’il voulait 200 € et d’ailleurs sur le ticket est bien inscrit 200 € mais en réalité il a eu 20 € de plus. Serait-il une canaille pour avoir une chance pareille ? Il en a pas l’air pourtant ! Mais ça fait la 2ème fois en 3 jours que la chance lui sourit.

Quant à nous, le bar que nous avons choisi n’est peut-être pas le meilleur de Mazamet mais quand nous nous en apercevons, il est trop tard…

Nous nous retrouvons au gîte vers 19h et François toujours fidèle au poste nous sert à nouveau de chauffeur. Ce soir l’apéro est chez nos amis ; une fois chez chacun. Le repas est pris toujours au même resto. Au menu une macaronade aux fruits de mer. Problème car Pierre est allergique justement aux fruits de mer et se met à enfler s’il en mange. Pierre surtout n’en mange pas ; Nous on t’aime comme tu es et ce ne serait pas bien d’attraper la grosse tête…

La macaronade est tout simplement sublime ; Décidément la table est bonne et l’adresse à retenir ! De retour au gîte, comme chaque soir les Vayson nous offre le digestif : le Get fabrication maison et nous l’avons économisé pour que la bouteille tiennent jusqu’à notre dernier soir.

 Aujourd’hui le compteur affiche 225 km.

 

 

Dimanche 20

 Il tombe des cordes !!! Mais il faut partir…déjà nous nous en sommes bien tirés jusqu’à maintenant.

Nous trainons un peu les pieds, mais finalement nous sommes prêts et voilà que Papy Yves arrive désolé, la roue arrière de sa moto est complètement à plat ! Une grosse vis dépasse du pneu Pas d’abri pour réparer et il faut pourtant le faire. Aussitôt le « canari » entre en action sous la pluie et c’est avec un peu de retard que finalement nous fermons la porte du gîte. Mamour, Océdar et Noëlle retournent le 4x4 mais c’est Mamour qui conduit car Océdar n’est pas très courageuse avec un véhicule qu’elle ne connait pas et avec un temps pareil en plus.

Arrivés chez Anita et Gérard, les Richy sont déjà prêts et papy Gosset nous montre que sa roue est déjà un peu dégonflée. La 1ère réparation n’a pas tenu, mais maintenant, à l’abri dans le garage, Mac Gyver va pouvoir faire mieux. Mais à un moment, son bras touche le pot d’échappement qui est encore chaud, et la combinaison fond ! Adieu l’étanchéité !!! Heureusement le scotch américain fera l’affaire et en plus sa couleur gris argent avec le jaune ça va très bien ainsi que les gants qui sont gris également ; quel bel ensemble…pas très sexy, certes, mais unique. Cette fois la réparation est faite dans de bonne condition et nous prenons la route, sous un ciel bien gris, bien plombé, avec une pluie ni trop fine ni trop dense, juste ce qu’il faut pour faire serrer les fesses à tous les motards. ½ heure plus tard les montagnes se couvrent d’une brume épaisse et la pluie est toujours là ! Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette journée la galère de l’année…Et bien non, les Dieux sont parfois cléments car voici un bout de ciel bleu et effectivement, la pluie cesse. Cela fait une heure que nous roulons. Nous ne sommes pas éblouis par le soleil, mais c’est déjà nettement mieux.

Evidemment nous avons modifié le circuit du retour et nous n’avons pas non plus prévu de pique nique. A 13h nous passons près d’un resto, en bordure du canal du Midi. Ils nous reçoivent sans problème. On y mange bien. Pierre nous offre l’apéro en achetant une bouteille de Cartagène que tout le monde apprécie. Pendant le repas on voit passer des péniches et un couple de canards.

Des belles touffes d’iris jaune ornent les berges.

Après le repas, la famille Richy rentre tranquillement par l’autoroute tandis que nous flânons, puisque finalement le temps nous le permet, en passant par la petite Camargue. Plus rien à voir avec la verdure du Tarn ; ici c’est le bleu qui domine. Nous apercevons quelques beaux chevaux un troupeau de taureaux et de nombreux flamants roses. A Carnon nous nous arrêtons pour prendre un dernier verre tous ensemble en bordure de mer. Vers Nîmes le ciel est noir et François nous téléphone pour nous prévenir qu’il tombe des cordes précisementt de Nîmes à Avignon car ils viennent juste de sortir de cet orage. Alors on remet les habits de pluie. Il y a énormément de monde sur l’autoroute avec des bouchons signalés sur 5 km. Par 2 fois nous essayons de la prendre mais franchement ce n’est pas intéressant de rouler dans ces conditions et nous restons donc sur la nationale.

Finalement, nous n’avons pas de pluie et nous nous arrêtons au rond point de Rossi pour nous dire au revoir.

Tout le monde a l’air satisfait de ce séjour et évidemment nous adressons un GRAND MERCI à nos amis Anita et Gérard Delon qui nous ont bien aidé, car sans eux nous n’aurions certainement pas tenté ces 4 jours, et nous adressons également un GRAND MERCI à François et Pascale Richy qui nous ont transporté nos sacs et se sont occupés des repas de midi, ce qui nous a permis de perdre moins de temps.

 J’espère que ce compte rendu assez complet ne vous aura pas ennuyés.

Depuis le temps, vous me connaissez assez pour savoir que quand je commence d’écrire j’ai du mal à m’arrêter.

 Merci d’avoir pris la peine de le lire jusqu’au bout.

 Merci aussi à tous ceux et celles qui ont participé à cette sortie, pour leur gentillesse, et leur bonne humeur, car il a régné pendant ces 4 journées une ambiance extraordinaire et notre amitié en est encore que plus grande.

Océdar

 

Sortie au rallye des Valdromois le 27 mai 2012

Organisé par PATRICK VIOLET

5 motos

Comme prévu on se retrouve à 7h 45 sous le BARROUX. PATRICK a un problème de roue crevée et il repart avec la moto de sa femme. LAURENCE a préféré rentrer chez elle plutôt que de faire de l'huile toute la journée derrière son mari (la sagesse). On arrive là haut avec un peu de retard. On s'inscrit, et chacun étudie son dossier. CHANTAL s'est prise au jeu ; elle est toute excitée. On se demande tous si son cœur et nos oreilles vont tenir le coup. On part dans de beaux paysages et nous allons chercher des renseignements dans de jolis petits villages perdus. Nous remplissons nos feuilles et participons aux jeux proposés, dont un jeu de boules où seul le frère de PATRICK a brillé ! Vers 13h on arrive dans un camping à MENS pour manger .Très bon repas (et encore poulet basquaise). Au milieu du repas il commence à pleuvoir et avant de partir vers 15h30 on met les habits de pluie (cette année, à toutes les balades on les a sortis). On a pris une saucée pendant le retour assez humide. On roule, puis tout à coup on ne voit plus les IMBERT…On retourne alors les chercher et 5km plus loin on les retrouve avec un problème de batterie. BACHELET bricole; on le pouce et sa moto repart. On arrive à la MOTTE CHALANCON avec un peut de retard, mais on nous attend pour la remise des prix. CHANTAL râlait car elle n'avait rien gagné pourtant elle s'est décarcassée toute la journée.19h retour vers la plaine. PATRICK nous invite à manger chez lui. On arrive à MALEMORT à 22h pour l'apéro. Merci à eux pour cette soirée. A part la pluie (c'est normal c'est le père VIOLET qui l'attire) on a passé une bonne journée et fait 400km.

les VAYSON

Sortie du 10 Juin organisée par J-Luc et Chantal IMBERT.

Cette balade est placée sous le signe de la citoyenneté, car nous partons à 10h pour permettre à tous les participants d'aller voter avant de partir.

Nous nous sommes retrouvés au Bar du Carri comme d'habitude ; après avoir récupéré tous le monde nous partons en direction des Gorges de L'Eygues, jusqu'à Villeperdrix où nous montons dans le village pour aller vers le col de la Pertie, mais là surprise....la route a été regravillonnée la veille ! Nous roulons donc comme des escargots et serrons les fesses !!!! Les paysages sont super jolis avec le jaune des genêts et le rose des.........je ne connais pas le nom ?? Nous roulons donc vers le col de Pré-guittard, Gumiane en direction de saint Nazaire le désert en passant par la vallée de la Rohanne. Là il est 11 h 15 nous faisons une halte bien méritée. Nous voici repartis vers le col de la chaudière où nous pensons piqueniquer, mais quand nous arrivons à la cime, il fait un peu « frisqué » donc nous redescendons en direction de Bourdeaux et là nous trouvons un pré magnifique au bord d'une rivière, le top !!! Le pique nique se passe bien mais le temps se couvre et la pluie n'est pas loin !!! Nous buvons le café à Bourdeaux et là .... il commence à pleuvoir... normal Patrick Violet est là Nous remontons sur nos machines après avoir mis les tenues de pluie et continuons vers l'Abbaye de Notre Dame d' Eyguebelle où nous arrivons sous la pluie. Nous faisons une brève visite mais certains préfèrent rester près des motos, ils ne sont pas très motivés !!! Nous repartons vers Vallaurie visiter la Distillerie d'Eyguebelle. Une charmante guide nous prends en charge et nous explique toute l'histoire des sirops et liqueurs. Et Patrick qui n'arrête pas de demander s’ils fabriquent de " la liqueur de chêne ???" enfin une classe un peu dissipée. Nous goutons avec modération toutes sortes de sirops, apéritifs et liqueurs et faisons quelques achats.

Nous revoici prêts à rentrer par le plus court chemin pour aller a Aubignan où j'avais préparé l'apéro !!! Dans mon affolement en voulant faire chauffer des saucisses de Strasbourg, j'ai allumé la mauvaise plaque de cuisson et d'un coup une horrible odeur de brulé c'est fait sentir ! C'est la friteuse qui a fondu ainsi qu'un torchon qui commençait à bruler !!! Nous avons frôlé la catastrophe... Le moment est venu de se séparer après cette jolie balade en Drôme Provençale et environ 260 kms.

 Chantal

 

8 juillet: Sortie de Dédé et Christine à BEAUMONT en ARDECHE

13 motos, 20 personnes, 330 km.

Départ 8h comme prévu. On part à .la fraiche du bar du SIECLE rejoindre l'autre groupe à la cave de BEAUMES. On continue par SARRIANS, ST GENIES DE COMOLAS, BAGNOL.


Le timing est respecté et à 9h30 on s'arrête boire le café à BARJAC. Comme convenu, DENIS et RENAUD nous rejoignent un peu « fripés » mais contents de nous retrouver. On repart en file indienne, ce n'est pas évident avec 13 motos de rester groupés. Les REYNAUD sont devant car ils  connaissent le coin. On monte dans l'Ardèche et on se perd un peu, mais la bonne direction est vite retrouvée. MAISON-NEUVE, LES VANS, CHAMBONAS, SAINTE MELANY, SABLIERES, et là encore, nous voilà à nouveau perdus Je décide d'appeler le cousin HENRI qui me guide à travers les châtaigniers. Il commence à faire chaud. A la sortie d'un virage il nous attendait, il était 12h30. Accueil très chaleureux (nous n’en doutions pas une minute) On gare les motos à l'hombre et on monte chez eux sur la terrasse ombragée. Ils nous servent un rouge spécial au gout de framboise. On sort le pique-nique, et nous voila sous la tonnelle, très bien installés, entourés de fleurs, dans un cadre paisible, sans bruit entrain de manger. SUZANNE sa femme, arrive avec un énorme plat de caillettes maison (on s'est fait péter le ventre).

A la fin du repas ils nous apportent un succulent gâteau aux abricots (GERARD, gourmand, en  prend 2 fois). HENRI, depuis que nous sommes arrivés, ne s’arrête pas de raconter des histoires sur Mazan, pendant sa jeunesse (c'est un poète).Il s'entraine car il va passer sur les ondes d'une radio FM pendant plusieurs mois. Ils nous servent le café puis chacun part faire la sieste à l'ombre, dans l'herbe, sous les arbres. HENRI, imperturbable, continue avec ses histoires. Quand il commence on n’arrive plus à l’arrêter ! Il a même réussi à tenir CHAUME éveillé (CEST UN EXPLOIT!!!!) mais le sommeil a quand même été le plus fort et il a rejoint les autres déjà couchés depuis longtemps. Denis ronfle fort, très fort….16h, on décide de partir. Certains ont acheté des livres de cuisine. La chaleur est insupportable. LARGENTIERE, BALAZUC, VALLON PONT D'ARC. On s'arrête à ST REMEZE boire un coup (ça dégelait!!!!!!).Puis BIDON, GRAS, S T MARCEL, PONT ST ESPRIT. A l'entrée de BOLLENE les REYNAUD et les GALIANI nous quittent pour prendre l'autoroute. Nous continuons vers BOLLENE, SAINTE CECILE, LE PLAN DE DIEU et VIOLES. On s'arrête pour se dire au revoir. A18h45 on arrivait à MAZAN. Bonne balade de 300km. Un gros merci à CHRISTINE et ALAIN REYNAUD pour leur aide surtout à l'aller. Tout le monde est bien rentré.

A bientôt en espérant que tous les participants aient passé une agréable journée.

Les VAYSON

 

Sortie en Lozère du 15 juillet par Renaud et Dominique Lafond


Départ du « carri » 4 motos ; nous partons avec 1/4 h de retard Boye n'a pas bu son café

Il est 8 h 45 nous récupérons les Gallianis au rond point de Courthézon, mais ils nous attendaient à un autre ! Heureusement les portables sont là. Nous voilà réuni pour prendre la route de St Giniés de Comolas puis Laudun,  Lussan, St Julien de Cassagnas où nous nous arrêtons pour boire un café.

Nous reprenons la route en direction de st Jean de Valeriscle, St Florent sur Auzonnet pour prendre une petite route très étroite pleine d'épingles à cheveux avec un peu de gravillons (ce sont les routes à Renaud ) qui nous conduit à Mercoirol Haut .

Nous continuons vers Portes avec son magnifique château toujours en restauration, puis nous arrivons à Génolhac (altitude de 506 m) où nous prenons la route qui nous monte au mas de la barque avec quelques lacets.

Après 12 km nous arrivons au belvédère (altitude 1220m) la température est assez fraîche mais la vue est vraiment superbe. Nous apercevons lesAlpilles, le Luberon, les Cévennes et même le MT Ventoux.

 

Nous profitons de prendre quelques photos.

 

Nous repartons au mas de la barque qui est à l'altitude de 1500 m nous arrivons avec une température de 9°des nuages noirs et un petit peu de pluie. Nous cherchons un abri pour le pique nique mais sans résultat nous finissons sous les arbres avec quelques rayons de soleil entre les nuages

Après le repas nous allons nous mettre au chaud dans le bar pour boire le café.

puis nous rentrons tranquillement pour descendre sur Villefort où nous retrouvons le soleil et la chaleur.

Nous empruntons la route des gorges de pied de borne, jolie petite route avec de belles falaises qui nous mènent aux Vans.

Puis nous traversons le bois de Paiolive avec ses rochers bizarroïdes (but de balade faite en 2010).

Arrêt a Barjac pour prendre un petit rafraîchissement, Danièle et Domi en profitent pour aller faire un tour au marché artisanal àl'ombre des platanes.

Puis les gorges de la Cèze, Bagnol sur/Cèze,Caderousse.

Après Caderousse Gérard a été attiré par un panneau Avignon, mais un peu trop tôt ce qui lui a valu des embouteillages en rentrant.

A Sarrians les dernières motos se séparent.

Conclusion: pas trop d'erreurs bien que la balade n'ait pas été reconnue.

 

  Dominique et Renaud

 

 

 

Sortie nocturne du 28 juillet organisée par MAX.

 

Départ du bar du CARRI à18h. 10 motos et14 personnes, dont un revenant MICHEL MARCELLIN.

 

La chaleur est étouffante, même en roulant on a chaud. MONTEUX, BEDARRIDES, CHATEAUNEUF DU PAPE, CADEROUSSE SAINTETIENNE DES SORTS, PONT ST ESPRIT, MONDAGRON MORNAS, UCHAUX. Là on s'arrête pour reposer les fesses (en descendant de motos MAX a le fessier tout mouillé et on pense à de l'incontinence, mais non, c'est la transpiration...ouf!) Ensuite, il nous annonce que l'on ne va pas au resto mais on mangera chez lui.

 

On repart, BOLLENE, TULETTE, ST MAURICE, VALREAS, VINSOBRES, MIRABEL, VILLEDIEU, BUISSON, ROAIX, SABLET. On traverse quelques petits villages dans lesquels la fête votive bat son plein et où l'on nous regarde avec étonnement. Il est vrai que 10 motos dans des ruelles ça fait du bruit.

 

On termine la balade de nuit car il est 21h 30.

 

Arrivés à GIGONDAS, CHRISTINE nous accueille à bras ouverts. SOSO et ZE sont là aussi (il faut dire que ces deux là s’il y a une bringue dans le coin, ils ne sont pas loin.

 

Apéritif copieux mais consommé avec modération, car il nous faut ramener les motos. Repas avec qualité et quantité (sauf pour DENIS qui au premier service n'a eu qu'un bout....) MAX était à la friteuse (elle était en rodage!).Le repas a duré, et c'est vers 1 h. du matin que l'on s'est levé de table. Personne ne voulait partir car il est vrai qu'il faisait encore 25 degrés.

On s'est régalé, malgré la chaleur au début de la balade.

Merci a MAX et CHRISTINE pour cette belle soirée.

On a fait 200km. A bientôt

Dédé

 

Les Pyrénées les 11,  12,  13,  et 14 août 2012 organisée par les BOYER

Samedi 11

Départ de MAZAN 8h.

10 personnes 6 motos. DENIS a oublié d'amener son repas (il est amoureux!!) On récupère MAX au rond point chez ROSSI et on file prendre l'autoroute à REMOULINS. Bouchons et chaleur au menu. Sortie CARCASSONNE on mange devant la gendarmerie à l'ombre. On repart direction PAMIERS FOIX SAINT GIRONS ORGILLET SAINT LARY COL D'ASPET et on arrive à destination pas trop tard. LE BOIS PERCHE centre de vacances au milieu de la forêt. Bon accueil, apéro et repas. BILLY et GILLES nous rejoignent à 19 h. CHRISTINE s'est baignée dans la piscine.

Total pour la journée : 480km.

Dimanche 12 .

8h : les LAFFOND arrivent et nous prenons le petit déjeuner ensembles, puis direction le col des ARES 14motos 17 personnes. BAGNERES DE LUCHON col de PEYRESSOURDE dans le brouillard. ARREAU où la spécialité est le gâteau cuit à la broche dans la cheminée, puis le col DASPIN. Là aussi dans un brouillard très épais et froid .CAMPAN réputé pour ses figurines exposées dans tout le village. On arrive aux grottes de MEDOUS. Avec sa rivière souterraine. Une visite sous terre à pied et le reste en barque. Le petit guide a eu du mal a expliquer avec PATRICK qui posait beaucoup de questions.(même RICHARD s'en est mêlé) C'était pas triste. Le retour en barque avec PATRICK n'a pas été triste non plus ! Puis col de la PALOMBIERE avec une vue magnifique (il faisait beau et chaud) et retour à ASPET. Le soir apéro.

Total de la journée : 230km.

 

Lundi13 :

Départ 8 h30 : (pour les BOYER ca fait tirer le matin !) De magnifiques petites routes puis en se rapprochant D’ANDORRE de grandes routes très roulantes où certains se sont régalés d'ouvrir. BILLY et GILLES nous ont quittés ce matin. PONT DU ROI, LAVORSI. On s'arrête à midi pour pique-niquer au bord d'un lac (il fait toujours aussi chaud) On arrive à ANDORRE, on dépose nos bagages à l'hôtel et on file en motos en ville faire les magasins. Vers 19h on rentre à l'hôtel et on y mange (certains ont apprécié la sangria). EDOUARD a fait l'interprète pendant tout notre séjour dans la principauté.

Total de la journée :215km.

Mardi 14

Départ 9h. On récupère les motos dans un parking privé et direction le PAS DE LA CASE.

On arrive vers 10h30, chacun part de son côté faire ses achats. Moi, pour ma part j'ai pris EDOUARD et PATRICK comme conseilers, plus CHRISTINE ça faisait une équipe d'enfer. Un peu avant midi on repart dans des files de voitures interminables. On s'arrête à AXE LES THERMES au resto. Il fait toujours aussi chaud 40degrés. Puis direction NARBONNE en traversant le minervois. Vers16h on s'arrête à l'ombre pour se rafraichir et là, ALAIN s'aperçoit qu’il a une vis à bois dans le pneu (l'histoire du TARN se répète). Il décide de rentrer avec et RICHARD lui passe une bombe. Ils bricolent et on prend l'autoroute direction REMOULINS. Au péage on se dit au revoir Arrivée à MAZAN 20h30, crevés, tout transpirants, mais contents d'avoir passé quatre jours agréables avec tout le groupe.

Total de ce périple : 1430km.

On en doutait, mais les BOYER l'on fait ! Très belle balade, bien organisée et bonne ambiance.

 

Bravo à ISABELLE et ALAIN et merci.

 

Les VAYSON.


 

9 Septembre 2012 organisée par CHRISTINE et ALAIN REYNAUD.

 

 8h 30 départ de MAZAN. Les REYNAUD, RENAUD, EDOUARD et moi, on récupère CHRISTOPHE, LUCE et MAX à l'autoroute, direction VALENCE.

 

On sort, direction CHABEUIL où l'on boit le café. Puis on repart direction PEYRAS, col des LIMOUCHES, LA VACHERIE, col de la BATAILLE ;c'était magnifique, en plein VERCORS, puis direction le col de PORTETTE et avant d'arriver, on s'arrête dans un joli petit coin pour pique-niquer.

 

A 14 h on redémarre et on se dirige vers VASSIEUX haut lieu de la résistance, Française pendant de la 2ème guerre mondiale, qui connut de tragiques événements et qui, de nos jours est devenu un véritable centre de pèlerinage avec de nombreux sites du souvenir à visiter. La on s'arrête pour le café.

 

Ensuite nous filons vers le col de SAINT ALEXIS. Il fait encore assez frais, mais la chaleur arrive à mesure que l'on descend. On fait une petite halte au sommet du col du ROUSSET et on attaque la descente avec virages sur virages jusqu'a CHAMALOC, DIE, LUC EN DIOIS, JONCHERE et REMUZAT où l'on s'arrête à nouveau pour boire un coup. Il est 16h. Après s’être rafraîchi on rentre par NYONS et VAISON.

 

 Total 380km.

 Très belle balade, paysages magnifiques.

 

Bravo pour CHRISTINE et ALAIN.

  Des balades comme ça on en redemande.

Dédé

 

 

Balade du 14 octobre organisée par Christine et Alain Reynaud. Les Saintes Maries de la Mer

 

 

 

Départ de ST Saturnin d’Avignon 9h30 4 motos 6 personnes

 

Nous prenons la direction de St Andiol puis St Rémy de Provence, Maussane Les Alpilles, Salin de Giraud en passant par le bac pour traverser le Rhône, puis nous longeons l’étang de Vaccarès où nous profitons de faire une halte

 

Nous repartons vers les Stes Maries où nous arrivons juste à l’heure pour manger : C'est-à-dire 12h30 et non 15h comme lors d’une ancienne sortie au même lieu et nous avons mangé au même resto où nous devions tous aller lors de cette sortie en question 

 

Nous avons eu un repas servi avec des couverts en plastique ainsi que les verres et pas de carte des vins pour choisir, enfin le repas était bon mais il n’y avait pas de dessert, donc nous avons décidé d’aller manger un gâteau et boire le café dans les rues des Saintes Maries

 

Après notre promenade nous nous apprêtons à partir mais ma moto ne démarre pas ; plus de batterie ! J’avais mis les veilleuses en bloquant la direction

 

Enfin nous arrivons à la faire démarrer avec l’aide de certaines personnes qui nous ont prêté des câbles et une batterie

 

Nous prenons la route du retour en passant par Arles, Avignon puis Montfavet pour boire un coup chez les Galliani. Nous avons juste le temps de boire qu’il commence à pleuvoir, donc nous décidons de rentrer chacun chez soi

 

Malgré quelques petits détails la journée a été très agréable

 

Renaud

 


Compte rendu de la sortie du dimanche 21 Octobre organisée par Alain et Christine REYNAUD

Départ de MAZAN 9h15

Il fait 20 degrés. Sont présents à cette sortie les REYNAUD, EDOUARD, JP MOUNIER, Dédé VAYSON.

Direction ENTRECHAUX où, en plein vide grenier on récupère MAX et JP GOTTWALD. Puis direction BUIS .On boit le café à MONTAUBAN (c'était très rustique), et on continue vers le col de PERTY, VILLEBOIS, TRESCLAUX, MONTCLUS, SERRES où l'on s'arrête pour manger dans un petit resto bien sympa.

A 14h 30 on repart en direction de SIGOTIER et on arrive à la source de la DROME, à la BATIE DES FONDS. La nature a mis sa parure d'automne avec ses hêtres tantôt jaune ou orange, c'était magnifique. Ensuite nous allons à la petite station d'hiver de VALDROME, mais arrivés là haut, la route s'arrête, donc retour dans la plaine. Nous prenons direction CHARCE LA MOTTE et on fait le plein à REMUZAT. Le ciel menace. On boit un coup dans les gorges de ST MAY et on admire les vautours qui planent sur nos têtes. Arrivés à NYONS on enfile les habits de pluie, et on se mouille pendant presque tout le retour.

Belle balade (comme toutes celles des REYNAUD)

Merci à ALAIN et CHRISTINE .307 KM.

A bientôt

DEDE